Jour 4: Des preuves du réchauffement climatique – Devenons Ambassadeur Environnement

Jour 4: Des preuves du réchauffement climatique

Intense journée. Des paysages magnifiques, l’aperçu de caribous zen… Des activités variées alliant dépose de pièges à poisson à la photographie des masses d’œufs… Mais aussi deux preuves du réchauffement climatique liés au cercle vicieux du réchauffement du permafrost ou pergélisol. C’est l’heure de passer à l’action : qu’est-ce qu’on fait ?

De l’apocalyptique au moelleux

Pendant le trajet en minibus où nous avons aperçu des caribous au loin dans la forêt. Ils n’ont pas l’air peureux. C’est peut-être leur air “placide” qui donne ce sentiment. En tout cas ils se dépêchent de s’éloigner. J’adore. Je suis ravie d’avoir vu ces bêtes si atypiques pour nous Européens. Retrouvez quelques traces de ces caribous dans la vidéo que j’ai réalisée.

Nous parcourons la forêt à pied pour rejoindre les mares définies. J’ai beaucoup aimé ce moment à marcher dans ces immenses forêts canadiennes, pleines de sapins, de faune et flore qu’on n’a pas l’habitude de voir. C’est très très beau. Quelque chose m’interpelle. Les arbres semblent malades. Un sur deux semble mort. Je me renseigne. Ce n’est pas le cas ! Il s’agit en fait de sapins qui perdent leurs épines l’hiver. Ça donne vraiment un côté apocalyptique à cette forêt.

Nous sommes maintenant dans les terres sur une ancienne plage de la baie de Hudson – ensevelie par la baie d’Hudson il y a 2000 ans. Une grande étendue “vide” à  l’orée de la forêt.  Le sol est moelleux et coloré de rose, jaune, gris… Superbe paysage, superbe toundra, superbe vue.

Comptage de masse d’œuf encore et encore !!

La matinée fut dédiée encore une fois à la recherche d’œuf de grenouilles. Nous découvrons que le métier de chercheur nécessite une grande patience et un moral d’acier. Bien que nous n’ayons rien trouvé lors de notre recherche sur la première mare, Fiona, technicienne de terrain française pour le centre, nous a expliqué que cette donnée reste capitale dans les études scientifiques, c’est une preuve d’évolution que de passer de “présence” à “absence” d’œuf. Nous voilà revigoré comme diraient les Québécois !

Les grenouilles, ici, gèlent l’hiver ! Ne pas confondre avec l’hibernation. En août elles sont énormes pour se préparer pour le freeze, alias gel pour les franco-québécois. Leur technique: remplacer l’eau qu’il y a dans leur corps par un liquide qui ne gèle pas. Easy !

Preuve du réchauffement climatique n°1

2ème mare: la mare est sèche! LeeAnn nous explique que le permafrost (zone sur terre qui reste gelée en permanence et peut faire 40 m d’épaisseur) a créé une petite mare en se réchauffant. Celle-ci s’est évaporée ensuite, car le sol se réchauffe et fait fondre le permafrost qui laisse échapper l’eau. L’eau est ensuite drainée aux environs.

Nous constatons donc l’évidence du réchauffement climatique qu’on nous a expliqué le deuxième jour. Le réchauffement est plus marqué aux pôles et se traduit sur le reste de la planète par des phénomènes extraordinaires. Je pense aux inondations à Paris, en Alsace en ce moment. Nos amis du Brésil et Mexique témoignent de sécheresses ou de disparition des saisons.

Vous dans notre région, êtes vous témoin d’événements extraordinaires également? Dites moi dans les commentaires.

A nous, maintenant, de nous prendre en main, avant que la situation n’atteigne un point de non retour.

Echographie avant la naissance

Fin de matinée, nous avons compté sept masses d’œuf de grenouille. Cette fois nous les avons sorties de l’eau pour les prendre en photo. Ceci nous permettra ensuite de savoir combien il y a d’œufs dans une masse d’œuf. Donc pour prendre une belle photo, on place la masse sur un carton que l’on presse légèrement avec une plaque transparente et on photographie. Les masses d’œuf ne sont pas abîmées et sont déposées là où nous les avons trouvées.

Cette après-midi, on se divise en 3 groupes.

4000 œufs à compter !

  • Un groupe compte les œufs pris en photo ce matin au labo. Nos amis américains sont restés au laboratoire et ont compté environ 600 à 700 œufs dans une masse d’œuf. Tous les œufs passés en rouge sont comptés. Encore une centaine Tom et tu seras libéré ! Au total, ils ont compté près de 4000 œufs aujourd’hui. Tom pense qu’ils risquent d’en compter encore dans leurs rêves.

Dépose de piège à poisson

  • Un groupe va poser des pièges à poisson dans d’autres mares. Les chanceux ont eu l’opportunité de croiser des caribous et un renard roux, sans compter les nombreux oiseaux. 50 pièges sont posés. Le même procédé avait été déployé avant l’hiver. L’idée est de voir combien il reste de poisson après l’hiver. Et s’il y en a, lesquels sont-ils ? L’objectif est de comprendre comment ces poissons font pour survivre au gel ?

Preuve du changement climatique n°2

  • Un dernier groupe repart à la recherche de grenouilles : Une découverte a soulevé des interrogations dans nos esprits. Nous avons vu ce qui nous semblait être du méthane dans l’eau; ce qui a grandement piqué notre curiosité. Pourquoi l’eau serait-elle polluée alors qu’aucune activité humaine à grande échelle n’a lieu à des kilomètres à la ronde? Nous nous sommes donc renseignés auprès des chercheurs du centre de recherche pour répondre à nos interrogations. Ce méthane provient de la fonte du pergélisol, alias le permafrost pour les français de France. Le pergélisol, étant un sol gelé en permanence, ne devrait jamais relâcher le gaz qu’il contient. Celui-ci est emprisonné depuis la nuit des temps. Par contre, avec le réchauffement climatique, le permafrost fond et relâche dans l’atmosphère ce gaz à effet de serre. Le plus alarmant dans tout ça est que ce phénomène crée un cercle vicieux. En effet, plus le sol dégèle, plus il libère de gaz et  plus l’effet de serre se forme, puis plus il fait chaud, et plus le sol dégèle…. Nous avons constaté cette preuve irréfutable du réchauffement climatique de nos propres yeux.

L’heure de passer à l’action

Aujourd’hui, deux preuves du réchauffement climatiques. A nous maintenant de nous prendre en main, avant que la situation n’atteigne un point de non-retour. Ce soir, nous avons commencé à échanger sur les projets que nous souhaitons mettre en place à notre retour. A savoir qu’Alcoa/Arconic ne demande aucun retour sur ces projets, aucune obligation de les citer ou autre. Ça tombe bien, car mon projet a vraiment vocation de sortir de l’enceinte entreprise.

Et vous chers lecteurs, vous avez des idées ? Par où souhaitez-vous commencer ? Chez vous ? Dans votre quartier ? Au sein d’une association ? Dans votre entreprise ?

> Retrouvez toutes les photos ici

Perrine
 

Je suis Perrine Prével. J'ai créé ce blog suite à une multitude d'expériences qui m'ont poussées à l'action. Dans ce blog je partage mon expérience et celles de nombreux autres acteurs afin de nous inciter et nous aider à agir. Agir chez nous, dans notre quartier et dans nos entreprises.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: