Un compost de quartier pour recycler vos déchets verts – Devenons Ambassadeur Environnement
3

Un compost de quartier pour recycler vos déchets verts

Le compost : l’or du jardinier ! Une Pépite d’OR NOIR, cette fois !

Aujourd’hui je vous parle de mon voisin Gilles Annenkoff, Président de l’association Les Tisserands d’EBN. Gilles a mis en place une placette de compostage partagée au pied d’une Eglise au sein d’un parc pour permettre aux habitants du quartier Europe-Banoer-Nordfeld (EBN) de recycler leurs déchets verts et donc alléger leurs poubelles. Victime de son succès, il a dû ouvrir une seconde placette de compostage collective, cette fois à la place d’un espace à conteneurs de recyclage de verre.

A travers l’expérience de Gilles, je vous livre ici les grandes étapes pour mettre en place un compost partagé dans votre quartier ou au sein de votre immeuble pour recycler vos déchets verts.

Ainsi votre montagne de déchets verts se transformera en quelques sacs de terreau, aussi appelé l’or noir du jardinier !

Qui peut installer un compost partagé ?

Ici, Gilles a déployé ses composts collectifs de quartier sur des places appartenant à la ville, vous pouvez aussi en mettre en place au sein de votre immeuble avec votre syndic dans un coin de l’espace vert, ou sein d’une école pour les déchets de cantine, d’une entreprise

Tout comme vous pouvez aussi avoir votre compost au fond de votre jardin, un compost individuel ou familial. Aujourd’hui nombreuses villes proposent avec leurs organismes de gestion des déchets respectifs des bacs à compost à moindre coût. Renseignez-vous auprès d’un de ces deux acteurs si vous êtes intéressés.

L’important comme Gilles le précise dans la vidéo, c’est d’être un petit groupe et de se rassembler sous une association. Soit rejoindre une association existante, une association de quartier, ou une association à valeur environnementale par exemple.

Cliquez ci-dessous pour voir la vidéo

Un compost de quartier pour recycler vos déchets verts

Créer de l’or noir pour devenir riche ?

Un point important va être : Dans quel objectif voulez-vous mettre en place ce système de compost ? Vous pouvez très bien ensuite vendre le compost réalisé. Ici dans l’agglomération de Mulhouse, il y a l’exemple d’Anna Compost qui est une entreprise qui recycle les déchets verts pour ensuite vendre le compost et des produits de paillage aux particuliers et aux professionnels. D’ailleurs son créateur travaillait dans l’informatique avant de développer cette entreprise florissante. Pour en savoir plus sur sa reconversion, cliquez ici 

Je vous parle de ça, car je pense que c’est un métier d’avenir. La loi demande à ce que le tri généralisé à la source soit effectif en 2025. C’est demain ! Ça veut dire que les citoyens auront d’ici là des moyens pour trier leurs déchets verts. Que ça soit par des solutions de proximité de compostage partagé comme le propose Gilles ou des moyens de collecte séparée des biodéchets comme la ville de San Francisco l’a mis en œuvre déjà depuis 2009. A San Francisco toute la ville trie ses déchets verts et les met dans des poubelles dédiées. Le Figaro précise que cela leur permet de revendre à des agriculteurs et autres 650 tonnes de compost par jour ! Regardez aussi la vidéo How San Francisco Is Becoming A Zero Waste City dont parle cet article

Anna Compost (Crédit photo : Anna Compost)

Pourquoi faire du compost ?

  • Le compost est un nutriment naturel pour la terre

Aujourd’hui les déchets verts, c’est-à-dire les déchets organiques, qui viennent de la terre, sont jetés avec le reste des déchets et ne peuvent pas retourner à la terre. Parmi tous les déchets ménagers, la décomposition ne se fait pas, ou du moins reste entre les autres déchets sans pouvoir nourrir la terre. Les déchets verts ne sont donc pas recyclés, et constituent un déchet pour la planète.

Alors que si on jette les déchets verts, les biodéchets, ensemble, alors la décomposition opère et ils deviennent un nutriment très riche pour la terre. C’est ce qu’on appelle le COMPOST. Ça serait dommage de gâcher cela ! C’est tellement simple à faire : la nature s’occupe de tout !

C’est le principe de la valorisation des déchets (J’en parle dans mon Guide de l’Ambassadeur Environnement, si ce n’est déjà fait, télécharge-le vite !) : transformer un déchet, donc quelque part un coût en valeur ! A l’instant t, vous pouvez acheter du compost bio à 7 € les 20 litres. Ce n’est pas rageant de jeter votre argent par les fenêtres comme ça ?

  • Vous produisez moins de déchets

Outre le fait que cela permet de rendre à la terre ce qu’on lui a pris, ça allège aussi considérablement nos poubelles. Les biodéchets correspondent en moyenne en France à 11 à 30 % de notre poubelle. Vous créez donc moins de déchet. Un déchet recyclé n’est pas considéré comme un déchet, car il est recyclé.

* En million de tonnes : Les déchets des ménages sont estimés à presque 30 millions de tonnes par an, 8,7 % du total de déchets générés en France (345 millions de tonnes). Plus de chiffres ici

Comment faire du compost ?

Le compost est un processus naturel qui ne nécessite pas beaucoup d’attention. Il vous suffit de rassembler tous vos déchets verts dans poubelle dédiée. On appelle les déchets verts ou biodéchets, tous les déchets “naturels”, aussi appelés les déchets organiques. Ceux-ci comprennent tout ce qui est déchets alimentaires, déchets de cuisine, végétaux, plantes, fleurs… On reviendra plus en détail sur les bonnes pratiques un peu plus loin.

Ensuite vous les jetez dans un endroit aéré qui reçoit aussi de la pluie, afin que la nature puisse faire son travail. On verra au point suivant les différents “endroits” où vous pouvez mettre vos déchets. Petit à petit, les aliments, plantes, légumes vont se décomposer et des petites bêtes vont venir réduire cela en compost. Plus il y a de bêtes, plus il est en bonne santé !

Après quelques semaines, ou mois, suivant le lieu de votre compost, vous récupérez le compost pour l’intégrer dans vos jardinières à hauteur de 50 % maximum. Il s’agit de nutriment, d’Or Noir, il est important de l’associer avec de la terre classique. Si vous êtes pressé, ou si besoin, il peut être judicieux de retourner le compost de temps à autre pour aérer et uniformiser l’ensemble.

Si vous avez besoin d’aller plus loin et comprendre la chimie du compostage, alors rendez-vous sur cette vidéo super complète du spécialiste Permaculture Agroécologie Etc… :  Tout comprendre sur le compostage

Quel type de compostage choisir ?

Si vous mettez vos déchets en tas au fond du jardin, vous allez obtenir du compost. Ma mère jetait son compost entre 3 tôles en plein air dans un coin du jardin, où une souris passait de temps à temps. Son compost était excellent. Cependant pour des raisons de praticité, d’optimisation et d’esthétique, il existe différents types de compostage. Voici les plus communs :

    • Le lombric compostage

      Plutôt en intérieur pour réduire à des besoins individuels ou famille. C’est une sorte d’immeuble à ver de terre assez passionnant ! Pour plus d’information, renseignez-vous la chaîne dédiée Lombricompostage Facile.

    • Le bac à compostage

      Le bac à compostage que Gilles a mis en place, est la plus commune des solutions en extérieur. Un rectangle, plus ou moins haut, plus ou moins large. Il en existe que vous pouvez trouver dans le commerce, trop souvent en plastique. L’avantage souvent des bacs dans le commerce, c’est qu’on peut récupérer le compost en bas du bac, car ils sont de petite taille. Il est important que ces bacs permettent la ventilation du compost. Retrouvez la fiche techniques des bacs ici

    • Un compostage à système rotatif

      Un compostage à système rotatif est une solution évoluée du bac permettant d’accélérer la décomposition et réduire de 3 à 4 fois le temps de décomposition. Il en existe plusieurs types, retrouvez ici un beau comparatif. Pour les systèmes rotatifs mécaniques, le principe est d’actionner une roue ou manivelle à chaque fois qu’on dépose de nouveaux déchets.

    • Dispositifs industriels ou semi-industriel

      Il existe des systèmes qui permettent d’un côté de mettre ses biodéchets, qui se trouvent emmenés dans un système de compostage rotatif, lui-même prolongé par un système de distribution du compost résultat du compostage des semaines précédentes. Les Suisses et Allemands, je pense, sont plus avancés sur ce genre de technologie. Si vous en connaissez, n’hésitez pas à me le préciser en commentaire.

Comment fabriquer un bac à compost en bois ?

Gilles a fait fabriquer les bacs à compostage en matière recyclée par des emplois en réinsertion. Si vous souhaitez fabriquer vos bacs à compostage vous-même, ou si vous souhaitez les faire faire par une entreprise, Gilles vous met à disposition la fiche technique des bacs à compost collectif qu’il a développé pour la placette qu’il a mis en place. Retrouvez ici les plans.

Comme vous pouvez le voir, il y a des portes pour vider et retourner le compost au besoin. Ils sont très esthétiques et vieillissent très bien. Du bois, du grillage, quelques systèmes de fermetures et visseries et le tour et joué !

Pour les passionnés de palettes, il existe aussi des bacs de compostages réalisables à partir de palettes. J’en ai trouvé plusieurs sortes ici et ici. Vous pouvez vous en sortir pour moins de 50 euros si vous souhaitez fabriquer vos bacs de compostage vous-même

Que mettre dans le compost ?

Dans le cas des composteurs de Gilles, donc en ville, le compost sera utilisé dans des jardinières à priori : il est demandé de ne pas mettre de viande, ni poisson. En effet, pour un compost de ville cela permet d’éviter les rongeurs et participe à accélérer la décomposition. De même, éviter les coquilles d’œufs moins esthétiques quand elles se retrouvent en jardinières… Souvent on parle de trop d’acidité avec les oranges, ici ça ne pose pas de souci, peut-être parce que la consommation d’orange du quartier n’est pas si conséquente et l’équilibre se porte bien. Par contre les tontes ne sont pas acceptées car leurs volumes pourraient déséquilibrer la chimie du compostage.

Si vous voulez savoir comment faire le meilleur compost, alors je vous redirige vers un spécialiste que vous retrouverez sur la chaîne Le potager d’Olivier

Comment mettre en place un compostage collectif de quartier ?

1. Créer une association ou rejoindre association

Ceci permettra de crédibiliser votre projet et facilitera les démarches pour la suite.

2. Trouver des alliés

Votre projet porte sur des lieux qui ne vous appartiennent pas. Il va donc falloir que la ville vous fasse confiance. Pour cela, il est judicieux de rencontrer en amont l’Élu de la ville en charge du développement durable et à la structure qui gère les déchets dans votre ville. Etudier leurs points de vue, voir comment vous pouvez avancer étant donné leurs positionnements et arguments. Et voir comment avancer ensemble surtout. Ils seront de vrais soutiens pour le projet et pourront vous aider aussi pour le financement. Cette étape n’est pas à négliger. Sachez aussi que c’est leur rôle d’être à l’écoute des citoyens pour développer des choses qui répondent aux attentes des habitants. Donc si vous venez avec des propositions, il sera ravi de voir votre implication. Il n’y a pas de raison d’avoir “peur” d’aller les voir, au contraire, ils sont à votre disposition pour vous aider. Ils sont élus pour cela.

3. Etudier des lieux pour accueillir vos bacs à composts

S’il s’agit de lieux publics comme c’est le cas pour des placettes de compostage de quartier, alors il est intéressant là d’avoir l’avis de la mairie. Étudiez plusieurs lieux, faites des propositions. La mairie a peut-être des projets sur le lieu que vous avez visé. L’exemple du local à poubelle de verre est excellent (dans ce cas, proposer une solution pour les bacs de recyclage de verre en parallèle). Aussi si vos bacs sont esthétiques et se fondent très bien dans le paysage, un parc peut tout à fait accueillir des bacs à compostage, comme c’est le cas pour la 1ère placette de compostage que Gille a mis en place pour le recyclage des déchets verts du quartier.

4. Déposer un dossier

Pensez à réaliser un dossier au plus tôt, vous le compléterez au fur et à mesure. Ainsi vos différents interlocuteurs pourront juger du sérieux de votre démarche si vous venez le dossier à la main, même s’il manque encore des éléments. Idéalement, votre dossier au final doit comprendre tous les points cités dans cet article.

Dans la partie présentation du projet et son objectif, essayez de faire des rapprochements avec la politique environnementale de la ville et ses propres objectifs afin de montrer que votre projet va dans le sens de leur stratégie et participe à atteindre leurs objectifs. Si vous pensez que votre ville n’a pas de politique sur le sujet, détrompez-vous ! Allez faire un tour sur leur site internet, vous allez voir, vous allez y découvrir plein d’information.

5. Combien de bacs de compostage pour un quartier ?

Partons sur l’exemple de la placette de compostage que Gilles a mis en place pour environ 50 foyers. Prévoir de fabriquer trois bacs de compostage qui seront en rotation sur l’année et un bac de broyat de bois et une caissette à outils.

Le bac de broyat de bois permet de réguler l’humidité de la décomposition. En cas de forte pluie, il est judicieux de mettre du broyat de bois. Vous devez penser aussi à trouver un “fournisseur” de broyat de bois, idéalement gratuitement. Nombreuses déchetteries proposent ceci gratuitement, sinon vous pouvez vous tourner vers des scieries par exemple. Retrouvez ici la fiche technique du bac à broyat de bois

La caisse à outils, elle, contiendra les sacs pour transporter le broyat de bois, les gants, le râteau et petits outils nécessaires au bon fonctionnement de la placette de compostage. Retrouvez la fiche technique de la caisse à outils ici

Le top du top, pas obligatoire, et pourtant un grand plus : le robinet à proximité.

5. Budget

Dans le cas de Gilles, une placette de compostage revient à 1500 € pour 50 foyers environ. C’est le coût de la fabrication des trois bacs de compostage ainsi que les bacs à outils et à broyat. Assurez-vous aussi que le sol est adapté, sinon étudiez la mise en état du sol pour accueillir les bacs de compostage.

Si la mairie et l’organisme de traitement des déchets sont vos alliés alors ils porteront sûrement votre projet pour les demandes de financement à l’ADEME, par la ville ou toute autre structure qui gèrent les déchets pour aides et démarches.

Retrouvez également des informations sur le financement des projets de transition écologique ici 

6. Élaborez un cadre

Et oui l’administratif !! On y vient. Si vous voulez que votre projet soit durable, il est important de clarifier qui fait quoi, qui assure quoi, qui entretient quoi. Donc vous allez avoir besoin au minimum de document que vous signerez au nom de votre association :

  • Une convention ou charte d’engagement

Celle-ci permet d’officialiser qui fait quoi avec cette place que la mairie vous met à disposition. Aussi pour savoir ce que la mairie prend en charge : approvisionnement en broyat, entretien des bacs… et ce que l’organisme de déchet prend en charge : gestion de la rotation des bacs, support technique sur la santé du compost… Retrouvez ici la convention signée par Gilles et son association pour vous donner une idée.

  • Une charte d’utilisateur

La charte d’utilisateur sera signée par chaque utilisateur de la placette de compostage. Ceci permet à l’association d’avoir les coordonnées des personnes et de connaître le nombre d’utilisateurs et leur localisation. Dans le cas de la placette de compostage de Gilles, l’association demande 5 € et en échange l’association lui remet un bioseau et le code du cadenas qui ferme le compost. Retrouvez ici la charte utilisateur à signer dans le cas de la placette de compostage partagé installée par Gilles.

7. La communication : partisans et détracteurs

  • Un pot d’information

Même si vous avez l’aval de la mairie, les détracteurs peuvent être parfois très incisifs. Anticipez en organisant une réunion dans le quartier (quelques papiers dans les boîtes aux lettres, une communication dans le journal de la ville…) pour répondre aux questions, aux craintes et objections des habitants.

Ce jour-là vous permettra aussi de trouver de futurs utilisateurs, des partisans et des personnes aussi qui sont prêtes à s’impliquer dans le fonctionnement de la placette de compostage. Il ne s’agit pas que vous gériez tout, tout seul de A à Z, les habitants sont ravis de s’impliquer à l’année ou juste sur des événements spécifiques. Ainsi vous pourrez vous avoir du temps pour promouvoir votre initiative plus largement.

Ce jour-là, Gilles avait invité le “maître composteur” (pour en savoir plus sur ce titre et la formation relative) de l’organisme de gestion des déchets de la ville le SIVOM afin d’être épaulé par un expert en compost qui peut répondre lui à toutes les questions en la matière. Ceci participa aussi à rassurer les habitants. Toutes les villes n’en sont pas équipées, une fois que vous aurez mis en place, votre 1ère placette peut-être pourriez-vous faire cette formation si cela vous intéresse ! (Téléchargez ici la réunion d’information faites aux habitants)

C’est aussi le moment d’étudier les points bloquants des opposants et transformez ces arguments en forces dans votre argumentaire. D’ailleurs si vous avez pu faire le travail avant la réunion c’est encore mieux. Pour ce faire, recherchez sur internet des exemples, solutions ou contactez un maître composteur par exemple.

  • Des bioseaux vecteurs de communication

Ici, dans le cas d’un compost collectif, Gille a mis en place des bioseaux avec un autocollant qui précise les bons gestes et recommandations. Ceci permet de répondre aux questions et ne pas se retrouver avec des surprises. Retrouvez la communication du bioseau développé par Gilles ici.

L’autre avantage des bioseaux c’est que ça permet de communiquer dans le quartier. Il n’est pas rare de se faire interpeller par des gens du quartier demandant plus d’information sur ces seaux et à quoi ils servent.

  • Journée citoyenne

Utilisez la journée citoyenne ou autre évènement pour faire organiser le montage des bacs de compostage que vous avez fait fabriquer. Outre le fait de faire participer les citoyens, cela permet de faire connaître la placette aux habitants du quartier. Les journalistes aussi relaient l’information. Et c’est moment très convivial.

  • Un panneau informatif

La dernière suggestion de Gilles est de penser à disposer un panneau informatif qui précise les coordonnées de l’association et rappel l’objectif de cette placette de compostage de quartier et les bons gestes. Ceci permet aussi d’avoir de nouveaux utilisateurs régulièrement.

Dans un souci d’uniformité, le panneau a été réalisé par la ville, suivant la charte graphique de la ville.

8. Dans combien de temps votre projet verra le jour ?

Compter au moins 1 an entre idée et mise en place si vous disposez d’une notoriété et que la mairie a confiance en vous. Sinon ça peut prendre plus de temps. Ça peut être long… Ça vaut le coup de prendre son mal en patience, vous en ressortiez grandi ! C’est une expérience extraordinaire qui va vous faire entrer, si ça n’est déjà fait, dans le réseau du quartier et des activités de la ville !

 

Et voilà, vous savez tout ! Une fois en place, il vous restera à mettre en place un distributeur à compost aux citoyens ! Ce que Gilles est justement en train de développer en ce moment. Si vous souhaitez les plans, dites-moi je les mettrai dans les commentaires dès que je les ai.

Comme vous l’avez compris, votre initiative d’aujourd’hui peut peut-être vous mener plus loin que vous le pensez ! Demain le compost sera la norme en France ! En lançant cela dans votre quartier, vous pouvez devenir le référent pour votre ville et en développer d’autres dans les communes voisines suivant les demandes. Vous devenez vite l’expert de la région ! Gilles fait aussi face à toutes ces sollicitations.

Perrine
 

Je suis Perrine Prével. J'ai créé ce blog suite à une multitude d'expériences qui m'ont poussées à l'action. Dans ce blog je partage mon expérience et celles de nombreux autres acteurs afin de nous inciter et nous aider à agir. Agir chez nous, dans notre quartier et dans nos entreprises.

Click Here to Leave a Comment Below 3 comments
1er août 2018 le jour du dépassement est atteint – Devenons Ambassadeur Environnement

[…] En association : en vous investissant ou soutenant des associations ou entre amis comme ce jardin potager entre amis ou ce compost collectif de quartier […]

Reply
    realppvtraffic.com

    I’m going to look into this

    Reply
Le Zéro Déchet par Béa Johnson, un moyen simple d’agir chez soi pour commencer – Devenons Ambassadeur Environnement

[…] donc des déchets ! En les mettant au compost, ils ne sont pas des déchets, ils deviennent du compost et donc des nutriments pour la […]

Reply

Leave a Reply: